L'image “http://www.fashioninfilm.com/images-pages/arnhem-PollyMaggoo(sheetmet.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Lorsqu’un film me plaît, je le regarde plusieurs fois et ensuite il faut que j’attende des lustres pour l’oublier et ré-avoir le plaisir de le regarder à nouveau. J’ai ressorti Polly de son placard et comme à chaque fois, je craque devant les plans photographiques de William Klein. Oui il est photographe et peintre à ses débuts, il a surtout su se différencier par son génie, son travail fût à chaque fois précurseur de son temps. Le film est une satire du monde de la mode et des médias de l’époque, caricaturale, ironique sans omettre un lâché d’humour grinçant, on y déambule avec une lucidité impertinente.

 

Polly (Dorothy Mac Gowan) est un jeune mannequin Américain qui travaille à Paris et se trouve être le sujet d’une émission documentaire qui porte le titre de « Qui êtes-vous? », relevant du rapport média-image sous la forme d’un grand Spritch. En parallèle se dessine une histoire d’amour ou plutôt un conte de fée, avec un prince (Sami Frey) qui se languit devant une photo magazine de Polly. Je n’en dis pas plus, à vous de le voir.

L'image “https://i2.wp.com/havan.blog.elle.fr/files/2006/06/6505Klien2.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Il y a plusieurs anecdotes comme, lorsque Polly mange de la tête de cochon : c’est pour de vrai (attention cascade), ce dîner est aussi inspiré d’une expérience de William Klein dans sa belle famille; l’hotel où vit Polly est bien un hotel qui hébergeait des mannequins à l’époque; W Klein comptait bien faire la suite de « Qui êtes vous? » avec Jean-Paul II.