…prends 100 ans. Il est impossible de ne pas la voir tellement la vraie, est absorbante. Hier, je parlais du poil que nous avons toutes et dont nous voulons nous débarrrassez et aujourd’hui sera le fabuleux et luxueux fétiche, le poil du luxe, la Fourrure.

https://i1.wp.com/www.hawaii.edu/lruby/art400/OBJECT.GIF

En voulant répondre à Géraldine, j’ai fini par trop écrire et me suis dit que cela en méritait un billet. Alors, on aime ou on aime pas, ou parce qu’on que… moyen, ça fait vieux, mité, frippe ou bien trop glam’, trop femme, importable. C’est vrai qu’une belle fourrure est comme une pièce de collection, elle est intime. Je trouve que d’en posséder une aujourd’hui est assez batard, on est partagé par notre conscience qui ne veut pas que les animaux soient le commerce du luxe, surtout si la pièce est splendide, elle renvoie encore à une classe sociale. D’autant plus que nous sommes loin de l’époque ou la fourrure était sans complexes mais pleine de parodie, de jeu et vu comme un essentiel aséxué à l’étiquette d’ un bijoux. Bon, c’est toujours le cas sauf qu’entre-temps on a créer de nouvelles matières pour se réchauffer. La fourrure et les bijoux, ça va avec mais les deux ensemble, adieu jeunesse! Nous serons d’accord sur le point ou ce n’est qu’une question de goût, à chacune sa féminité et ses choix de présentations. Ceci dit, avoir une fourrure chez soi aujourd’hui ne recquière pas la possession d’une grande fortune. Vous savez bien que la mode est âgée et qu’il est facile de s’en procurer quelques traces, à tous genres et qualités, dans des boutiques vintages ou magazins spécialisés. Sinon, si vous avez une tante, une grand mère ou une vielle malle quelque part dans votre famille, elle pourra peut être satisfaire vos yeux et coquetteries de jeune fille. Rien ne vous empêche de la customiser, de la teindre tout comme ce merveilleux créateur Parisien (dont je n’ai pas le nom) à qui j’ai acheté un « six queue de renard » aux pointes rosées. C’est une touche élégante qui m’a toujours séduite, et toutes ses époques qui ont fragmentées la femme en un corps fin, soyeux, arrogant n’y sont pas pour rien. Mais alors, comment portez une fourrure? sympa d’en avoir une mais le côté petite mémé non merci!

https://i0.wp.com/boingboing.net/images/yiffy-fashion-spread.jpg

On mélange. On fait comme la jeune fille ci-dessus, on coupe avec un truc cool comme un gros nounours vivant (ça c’est hip et comme t’es une fashion addicted, soit donc audacieuse) ou plutôt un jean T-shirt. Fais simple. Parcece que ta fourrure, si elle est belle (je te le souhaites) elle va tout bouffer. Porter une fourrure c’est trés difficile même si tu es charmante (bon, c’est mieux que les thons ) et si imposante, que ton corps va devoir la dresser pour que la bête ne fasse qu’un avec toi. Oui c’est une bête, c’est cette idée qui nous anime le plus, ce côté sauvage. Et puis, une fille, une femme en fourrure c’est aussi un appel sexuel, une affirmation de notre débauche de goût, exquisement outranciée. Malgré les multiples interventions d’asso’ contre l’exploitation des animaux (tueries massives ect…) la fourrure revient, à toutes les sauces et à tous les prix. Sauf qu’il y a une limite de départ, en-dessous vous avez du fake. (pas la photo).

us-vogue-editorials.jpg

Saches aussi une chose, une fourrure est chaude mais un parka doudoune aussi. On en portes plus de fourrure à NY qu’à Paris et ce n’est pas exactement pour ça que j’ai émmigré ici bien que je peux enfin, porter ma mink sublissime. (ce n’est pas moi sur la photo).

https://i1.wp.com/www.readrussia.com/fashion_1.jpg

PS: Je portes ma mink pas souvent parceque je la possède; avec un jean et Tshirt blanc, des gants de motards et des chaussures plates. Peu de bijoux ou pas du tout. Elle est taillée veste, col remontant et ceinture caché par un ingénieux système qui se serre sur l’avant, laissant le pan arrière retomber style 50′. Sinon nue, la fourrure est d’une beauté rare.