You are currently browsing the monthly archive for janvier 2008.

Hier soir j’ai eu le temps de prendre une pose et de flâner un peu sur le net en me disant, que tiens, cela fait bien une semaine que je n’ai pas jeter un oeil sur le Elle France….via le net.

Et bien c’était nul. Alors j’ai découvert que la rose est dans le coup des cosméto et que bientôt on va courrir les crèmes pot pourris. Franchement l’odeur de mémé qui fait des mini macramés lila ne m’attire guère (je n’ai pas dit broderie), ma Weleda d’il y a un an me suffit amplement. Et puis j’ai sursauté sur un truc dont j’avais déjà pensé. Les mots qui font branchouilles et qui se collent comme des stickers, à tout va et à toute fin. Si j’en oublie il faut me le dire.

Le bling-bling; une chic fille; modesque ou tout les mots où l’on colle « esque »; les autres mots où l’on ajoute « euse » ou « itude », blogueuse; blogosphère; hype (qui ne se prononce pas « aïpe » mais « hip ») et le plus magnifique quand même : lol.

Alors là, moi, je me barre de suite. C’est comme quand quelqu’un me dit qu’il aime Brooklyn, faut pas rêver d’avoir mon numéro ou adresse email. Le « lol » est une dégénérécence à lui tout seul et en plus ça rend la lecture difficile. Comme je vois que la presse féminine en France (ou ailleurs sauf là où la mode n’écrit pas sur la mode) se découvre un new-language-néo-nana-parisienne-de-ville et bien moi, je m’ennuie. Elles ont l’air connes. Non pas qu’elles doivent l’être vraiment (suffisament pour se laisser porter) mais comme l’habitude rend aveugle et sourd à défaut, faut faire vachement gaffe à ne pas répéter les conneries des autres. Si déjà les mots english étaient utilisés avec leur vrai sens etc…et non pas françisés genre « être branché à Paname, c’est utilisé des mots que l’on ne comprend pas mais qui sont cool parceque tout le monde les disent ».

Saches qu’à NY c’est « fuck » et « shit ».

Cette semaine je suis encore avec un planning débordant mais je fais ma working girl à la maison. Et oui, c’est ça la précarité de l’emploi… genre free-lance. Bon, ceci n’étaient pas pour vous déplaire mais faut y penser de temps en temps à ce que l’on dit.

Et chez vous, c’est quoi le plus récurant?

PS : connaissant assez bien le sud de la france, j’entends déjà ces « putaing » etc…j’évite le sud ouest qui est plutôt lourd à digéré. On se comprend.

 

Publicités

Comment dire à un Américain que des fois j’en ai marre des Américains. Evidement qu’il ne va pas comprendre, il va même se dire « quelle relou cette française ». Ouais, mais lui il ne sait pas écrire les huits normalement, ni couper une volaille, ni le fromage et ni tenir des couverts, genre : « mais tu savais pas qu’ailleurs que sur ta grande île le monde est peut être plus civilisé? »…ooouu, la je me sens dure. Alors qu’à la table d’à côté, eux, là-bas, savent se tenir et toi t’as l’air d’avoir trinqué tout d’un coup, autant te donner une pèle.

Il y a des jours où j’ai vraiment envie d’être dans un café, tranquille, à boire un thé seule et y rester des heures. Comme aujourd’hui. Sauf que je n’avais pas sous la main un endroit ressemblant au petit café de mes souvenirs. Ici, c’est cheap et on ne te laisse pas tranquille. Je me sens snob tout d’un coup.

Bon, changeons de sujet. Je n’ai pas encore fait des photos de mes derniers achats, j’ai la flegme. Mais ça va venir, je vais les prendre en photos. Pour l’info, je porte pour l’instant mon foulard tous les jours et mon top Maje n’est pas d’un coton de bonne qualité mais ça…en fait, ça me déçoit.

Comme c’est dimanche et que c’est le jour de ne rien faire et bien j’ai décidé de travailler ce soir. L’idée de me cailler sur Broadway me chante guère et de rentrer tard encore moins. Bon, je promets de passer plus de temps sur mes prochains posts, là, même si ça va bien (sauf à certaine heures), je suis débordée!

Et vous, ça va?

C’est entre deux rdv qu’en tant que bonne working girl j’ai débusqué deux soldes derrière les fourrets. Que dis-je, en plein Manhattan, ce ne peux que être que sur les streets où j’ai fais claquer mes boots pourraves (prisent en photo par des jeunes étudiantes en fashion design d’ailleurs) que j’ai dégommé le foulard de l’année* et un top Maje blanc à bouton d’or. La photo viendra plus tard, là, j’ai pas envie.
Je sais qu’on est encore en janvier et que bientôt un bac à glace va nous tomber sur la tête mais comme mes goûts sont complexes, je pense déjà au printemps…et à un Iphone.
J’ai une question pour celles qui ont achetées les bottes Isabel Marant, les fameuses noires, plates, que tout le monde s’arrache en rêve depuis l’automne dernier. Franchement, je veux juste savoir si elles sont encore en vie? parceque lorsque je les avais vu, j’avais trouvé la semelle ultra plate et ultra fragile…genre : durée courte. C’est uniquement pour avoir une réponse de vécu, vois-tu, je m’en pose des questions quand je me pose. Alors celles qui les ont achetées, je veux bien connaître votre avis sur ces bottes!
Allez, dites-moi tout.
* : un chèche ou ce que tu veux d’autre mais tu vois ce que je veux dire.
Je bouge dans tous les sens et n’ai le temps que de : pas grand chose en fait. Allez, il vient de se passer un truc nouveau dans ma vie. Je regrette beaucoup moins Paris, ayé. Sauf la qualité de vie, le fromage, le pain, les pâtisseries, les petits café, l’architecture, les boutiques, la tailles des rues, mes habitudes ect…
Qu’est ce qui vous manque à vous?

p1010001.jpg

C’est un peu concon mais à chaque fois que je passe devant une boutique de design, mes yeux s’arrêtent pour la plupart du temps sur tout ces nouveaux cadres stylés noirs, le plus souvent de materiaux cheap, genre de l’ornement new design en papier collé ou carton, portant des étiquettes onéreuses biensûr. J’ai mis du temps à les apprécier en fait. Je n’arrivais pas à m’imaginer avec une copie crafty d’un vieux cadre à l’ancienne, à chacun sa noblesse tu me diras peut être. Non, pas du tout.

Et voilà que je me disait il y a deux jours qu’il me manquait un calendrier, pas « le truc de pompiers » ou « j’aime les chats qui ont l’air con » et encore moins le carton de bureau qui me rappelle le côté casse-couilles de la France. Sauf qu’ici, je n’ai rien vu de tout ça ou enfin presque, je n’ai pas vraiment chercher en fait. Bon, mon histoire, c’est que je sors tout à l’heure avec l’idée d’aller faire une course et tombe nez à nez avec cette chose en photo que toi là-bas tu peux apprécier d’ailleurs. Ce n’est pas si petit, c’est en carton donc et il y a plein d’image avec des animaux trés gentils pour tous les mois de l’année. Ouais. Pour une fois, vous remarquerez qu’il a de la gueule ce calendrier, un peu fifille je l’accorde mais comme je suis un peu tarte, je l’adore!

 

 

L’autre jour, je me rends compte que mes gants en cuir adorés commencent à faire misère, pour cause, j’ai pu voir un de mes ongles au travers du cuir. Comme j’ adore mes gants, je veux les même. Y en a pas ici des comme ça. Ouais, rigoles, tu ne les a pas vu. Et puis avec le froid glacial qui va bientôt arriver, je risque de cailler légèrement me dis-je et de ce pas, la laine n’existe pas que pour les vieilles et les moutons. Alors, je tâtonne…des mouffles? là, je pense chaussettes, une paire basique comme tout le monde? hors de questions, plutôt me les geler!

Et voici que je tombe sur eux ou sur elles, ce sont des filles :

gants2.jpg

gants1.jpg

Je les avais déjà en tête depuis un certain temps et voilà que par hasard je tombe dessus, la coupe est féline et longue jusqu’au dessus du coude, parfaite pour réchauffer la frileuse, de plus, je pourrais toujours mettre par dessus mes gants en cuir un peu troués*.

PS *: ce sont des gants de motard Isotoner, court et noir avec une bordure framboise.

 

★ Gants en laine, gris : Carolina Amato ★

…je l’avais oublié celui-là!

heart.jpg

C’est ce qu’il manquait dans mon shopping bag, si vous cherchez l’histoire, elle est . Effectivement, je ne sais pas où le mettre.

 

Parce qu’en tant que bonne shoppeuse on se sent un peu obligé de trouver un truc soldé, surtout en se disant qu’on vient de faire une affaire. Sauf qu’aujourd’hui en allant crapahuter les streets de Manhattan, mon esprit divaguait plutôt et déjà, sur les tons et matières printannières. D’une, je ne manque de rien pour finir l’hiver même si on manque toujours d’un truc ,là, je fais ma résistante, non non et non, je n’ai besoin de rien. Donc, c’est donc en toute tranquillité que j’ai pu déambuler dans les rues, caché dans mon large manteau, profitant de mon nez débouché pour avoir la tête au vent.

Alors, mes pas ne se sont absolument pas dirigés vers des boutiques de fringues au cas où, juste pour voir quand même mais vers des vitrines de déco’ affichants des braderies à -50%. Parce que j’ai beau être une addicted de la mode, non pas que de vêtements, disons plutôt que tout ce qui est beau me plaît et que quelque part, une fashion-girl dans une déco mitteuse…et bien, ça manque d’équilibre. Pour relever un peu la blancheure de mes dishes, j’entre chez Anthropologie avec mon crédit de $42. Stupéfaction lorsque je vois que le « stand sale » est plus petit qu’il y a deux semaines, alors que nous sommes malgré tout en pleine période de cassage de prix et que je vois des bols feu soldés qui sont passés à des non soldés ect…ouaich, tu me diras, on s’est bien compris sur le marketing de la boîte. Aprés y avoir passé une éternité à tourner et retourner, j’ai opté pour de l’utile : une mini passoire bleu+deux bols graphiques pas soldés et une bougie Almond-Biscotti qui est à tomber d’amour.

Pas ruinée tu vas me dire, aussi, puisque crédit à l’appui mais quand même. Sur le chemin du retour, je tombe face à un autre magasin (que je ne connaissais pas et dont je suis presque incapable de retracer le trajet, et oui tête au vent!) où y a Winter Clearance. Le genre de déco fleurie avec argent qui scintille, grand espace ect…le stand est déjà avalé, j’en sauve deux verres de tailles différentes, deux torchons à l’ancienne en lin (ok les frenchy, on est en pays US) et un magnifique « coeur sacré » merdique, qui vaut que dalle malgré le prix en métal, que moâa, j’adore et une bougie qui tâche à ce qu’il paraît. La vendeuse a oubliée de mettre le petit coeur dans mon sac rose alors que ce fût un grand plaisir pour moi de pouvoir le poser sans savoir où, quelque part at home. Comme je te le rappel, on est en pays US, la vendeuse me l’envoie par UPS gratos, je l’aurai donc d’ici mardi. Bon, j’arrête de parler!

bols1.jpg

Et vous, les soldes c’est quoi?

Ce que vous voyez ici sont loin d’être des peintures mais des tapisseries contemporaine de Caroline Achaintre. Elle expose en ce moment dans une minuscule gallerie de Chelsea, Fake Estate. J’avoue que je n’avais encore jamais rencontré quelqu’un qui me surprenne à ce point avec ces matériaux, l’idée d’une tapisserie restait pour moi soit une ancienneté noble ou une cheaperie ennuyeuse. Je confie aussi que la microscopique taille de la gallerie laisse pantois, ouvrir une gallerie dans un placard serait donc à ce moment, faisable. Ceci dit, il n’y a que deux pièces de Caroline Achaintre et elles auraient mérités plus d’espace mais bon, on est à Chelsea, on ne va pas trop pousser le bouchon non plus. Depuis que j’ai pénétré dans cette pièce, je rêve d’en posséder une un jour!

L'image “https://i1.wp.com/www.likeyou.com/gfx/caroline_achaintre_ohara_04.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

L'image “https://i0.wp.com/www.paris-art.com/photos/MR-AcidRain-03P.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Si vous êtes en ce moment à New York, vous pouvez aller jeter un oeil à la gallerie Fake Estate ou attendre une autre expo en Europe, puisque l’artiste est domicilié à Londres et expose régulièrement non loin de ces contrés.

expo at Fake Estate, 526 W. 26 th St. #5022A NY NY 10001

Depuis trois jours on a un temps de printemps et depuis hier soir : j’ai le nez bouché, je me sens fébrile et suis fiévreuse. Bon, c’est la première fois en un an et demi, j’espère juste que ça ne s’aggrave pas, j’ai trop peur de devoir aller chez un médecin qui va me facturer le prix d’une robe Mayle ou Tsumori Chisato. Sans compter les frais des médicaments, là, je peux y ajouter les chaussures!

Heureusement, j’avais pensé à émigrer avec mes médoc frenchy, ce qui me vaut d’en profiter de temps en temps dont, aujourd’hui avec un grand engouement. Ce qui est tout de même drôle, c’est que lorsque j’étais en France, j’attrapais tout les microbes, j’étais tout le temps malade et fourré chez le toubib, avec traitements d’antibiotiques ect…depuis que je suis en pays US, mon corps a dû s’adapter, exit les microbes et virus.

Alors, comme aujourd’hui je suis plutôt d’humeur à lézarder et que Janvier et le mois du blanc ou du gris à ma préference perso’, je ne me lasse pas de rêver sur les pièces d’Aurélie Mathigot. Remarquez la robe incorporée dans le dessus de lit, la coiffeuse peinte en grise et parsemée de fleurs crochetées comme si la nature prenait le dessus comme un lière sur un mur, ou plutôt, doit on mieux penser que c’est l’imagination qui prend le pas sur la réalité.

https://i2.wp.com/bloesem.blogs.com/photos/uncategorized/2007/12/17/chrochet2.jpg

Aurélie recouvre tout, même les tables et elle fait aussi de la cuisine. Je vous laisse apprécier son site, j’espère que vous serez aussi conquise que moi!

Contactez-moi

p1010005.jpg lamomedenyc@gmail.com
janvier 2008
L M M J V S D
« Déc   Fév »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031