Enfin un peu de grisaille et de vent. On ne peut pas rêver au manque d’humidité ou à la brise glaciale, loin de là, nous ne sommes que proche de la fin juillet et au beau milieu de l’été.

Le summer time New Yorkais est assez rude. Comme les hivers d’ailleurs. Je dois dire que la chaleur+humidité absolue est trés lourde à porter. En fait on ne peut rien porter dans ces cas là. On ne respire plus non plus.

Histoire de pieds encore, à force de me chausser en plat-ouvert, mes talons et ma voute plantaire en prennent un coup! j’ai donc grand besoin d’une paire de sneakers (ou de baskets pour les francophones incultes- car c’est un anglais qui n’existe pas pour les soit disant basquets- car = poubelle). Aprés mettre ballader dans tous les sens sur les plaques goudronnées, je n’ai rien trouvé. Rien de coup de coeur.

Je rêve un peu de mi-saison, en fait jaime bien ces périodes. On peut porter un blue jeans avec caraco et blazer, chaussures noires et sac en cuir…et lunettes de soleil. Surtout qu’en ces moments les cheveux sont plus facile à dompter, je dis ça parce que là, je ne peux rien en faire! de plus j’en transpire trois fois plus…

Comme aujoud’hui je me sens d’humeur à flâner, j evais rester chez moi comme une addict à mon computer…à travailler. Je pense que je trouverai le temps d’aller me trouver un eyeliner bien gras de chez Revlon dans la pharmacie juste à côté, quelques fruits dans un sac et hop! retour à la clim’.

Allez, vous aurez remarquer que les vacances chez moi…se font rares. Je rêve d’en prendre tout de même un peu si le temps me le permet d’ici la fin de l’année!