You are currently browsing the tag archive for the ‘info’ tag.

barneysgreen7.jpg

Barneys se met au vert, pour voir le Barneys babble live avec Simon Doonan (Barney’s Creative Director) et Julie Gilhart (Barney’s Fashion Director) le tout sur fond « de télé-achat », c’est ici. Le catalogue est . Oui, Julie trouve que le Prince Charles est super sexy…et les paillettes sur le top sont réellement faites par des lezbiennes aveugles. Ils ont l’air de ne rien prendre au sérieux, alors que quand même, si la mode se met un peu à faire du bio, ça peut en faire sourrire certain mais c’est tout de même une bonne perspective. Bon ok, c’est du gros marketing et j’attends encore que le look bio soit un peu plus attrayant, parceque l’écolostyle m’ennuie un chouya!

barneysgreen4.jpg

barneysgreen3.jpg

Phillip Lim, Go Green Organic Dress $595 :

 

 

Ouais, les prix sont loin d’être cheap et la robe Philip Lim pourrait être mieux…

Et toi, t’en penses quoi de la fashion bio?

Penses-tu faire mieux avec une botte de fouin et trois graviés? tu peux déjà fabriquer une broche et la vendre $200, t’inquiètes du prix, c’est normale.

et si tu culpabilises, achète un sapin et ouvre un bar à coktail chez toi.

Publicités

…et un léger cramage de CB. Déjà, comme tu le sais, en ce moment mon planning se résume en un stress total, je ne dors pas beaucoup et je fume l’équivalent d’un champs d’OGM. Au final, il fallait que je cale, dont ce matin. Je décide une fois levé et aprés une crise d’hystérie qu’aujourd’hui il faut que j’aille faire un peu de shopping…alors qu’il y a une tempête de pluie. J’enfile mon imper’ vinyle merdique qui fait classe, je me tartine d’anti-cernes et me casse de chez moi avec un bout de melon dans le ventre. Aujourd’hui c’est hard-core, je suis d’une humeur à casser la gueule à tout le monde. Y a des jours comme ça que tu dois connaître. C’est au point où, je ne peux même pas formuler une pensée agréable mais seulement des trucs où je suis entrain d’engueuler n’importe qui. Superstition d’une seconde : je me dis que ça va forcement m’attirer des cons ou des situations néfastes à mon équilibre qui d’ailleurs, en fait, n’existe pas. Je vais voir ce jean Seven dont j’avais parlé, taille haute et boot cuts. J’arrive dans la boutique, je choppe le jeans, une vendeuse me saute dessus et me dit d’aller voir aussi les soldes là-bas, ils ont ma taille. Tiens j’en choppe deux mais je m’en fout, today c’est shopping. Alors, le truc qui commence mal, hormis mon état d’implosion dont je ne peux te faire part des méandres, j’ai pensé à mettre un slim avec des bottes où s’y cache deux chaussettes super galère à enlever. La cabine est petite et vas-y que je me cogne et trébuche pour enlever MON BAS, la vendeuse-censue raboulle, « Are you OK? »…ouais. Tu parles. D’abord le slim en solde, les jambes ok mais au fesses c’est naze. C’est ce qui fait qu’un jean est mal coupé, c’est aux fesses qu’il faut regarder. Truc de filles et truc de mec. Pour l’enlever, ma culotte part avec, je fini par devenir violente. Je ne parlerais pas du deuxième c’est pareil. Et puis mon jean, le Seven, il est cool ( oauis il est ample). Je sors de la cabine pieds nus vers les chaussures à talons pour en chopper une, manière de voir comment ça fait avec un taille haute, c’est sympa, mais la pompe non merci (c’est une Belle de S. Morisson). La vendeuse capte, biensûr elle m’épie, elle est vendeuse aux USA. Elle se ramène avec deux boîtes à chaussures, comme ça, je n’ai rien demandé. Je veux juste qu’elle me mette des épingles pour l’ourlet. Elle prends des épingles et me demande si je compte porter des Flats, je dis oui et je vais chercher mes bottes et là, elle se casse avec un lâché de « attends moi je sais, je m’occupe de toi, tu vas voir tu vas adorer.. » et me fout une boîte énorme avec des bottes pourraves qu’elle me sort comme au juste prix. Je crois qu’elle a décidée de me vendre des pompes. Oui c’est le cas. Je relève ma robe noire au moment ou elle se met à se tortiller en déboutonant son pantalon (en plus elle est branque) en me crachant, « excusez-moi je me sens serré dans jeans ». Dans ma tête il ne se passe rien, je te rappelle que je suis aussi anesthésié par la fatigue. Elle fini par m’épingler mon jean, avec mes bottes c’est moche, j’ai intérêt de porter des flats, choses impossible vu le froid et la pluie qu’on va se taper dans quelque jours.

Bref, je paye, laisse le jeans pour la retouche et demande un paquet cadeaux (et oui je vieilli officiellement mardi) prends le ticket pour un nouveau passage samedi.

Dans le métro, je me dis que j’ai acheté l’idée d’avoir acheté puisque je m’étonne de ne pas avoir un sac en plastique avec moi. Je sors à Prince St, direction deux métres dans Dean and Deluca faire une dépense de thé, j’ai faim, j’avale des lentilles chéros, debout face au vide de la rue. Direction Nolita-Soho, je voulais essayer les Chie Mihara talons bleu (que je veux en marron) y a plus. Quand on trouve un truc : il faut le prendre de suite. D’ailleurs, la robe Peter Jensen n’existe plus, la salope qui l’a prise je lui souhaite d’avoir une angine et une infection vaginale. Je tombe sur un pic à cheveux vintage, rien de terrible mais sympa pour mes cheveux en bataille, le prix? $95. Pour un bout de feraille et une boule orange en plastic, il ne faut pas me prendre pour une débille non plus. Par contre, j’ai trouvé un foulard en soie, trés long, gris et violet qui pète. J’en cherchais un comme ça, pas le coup de coeur mais ma raison ma poussée à mes sentiments, tu trouves, tu veux, tu prends (je confirme qu’aprés une heure, il est vachement bien). Et puis, en me balladant je tombe sur Max azria, j’aime ce qu’il font. J’y ai vue des trucs vraiment bien, comme un parka noir avec une coupe d’enfer, bien imperméabilisé, une espèce de cape plissé sur l’arrière…bref, trés trés intérréssant. Le prix, je n’ai pas regardé. Et puis, si vous avez l’occasion d’aller voir chez Tibi, ils font des soldes, j’ai vu un manteau (tout au fond) noir et blanc, épais et trés bien coupé.

Bilan : je suis rentré avec l’idée d’un jeans, un foulard, une boîte à bijoux kitch mais canon, trois assiettes desserts topissimes et deux petits verres de chez Antropologie. La déco chez eux est vraiment sympa, mais les prix sont un peu excessifs. Lorsque je repense aux chaînes Françaises de déco, on y fait de meilleure affaires.

Et puis n’ayant rien bu de la journée, mon chérie me tend un verre de vin et là, je suis entrain de vous écrire.

PS: vous aurez des photos de tout ça trés bientôt.

PS: si tu es fatigué, ne porte pas un slim et je te confirme que faire du shopping: c’est bien. Même si tu n’achètes rien, voir ce qu’il se passe dans une boutique, ça détend. Oui, justement ce n’est pas compliqué.

PS : comme c’est long, j’en rajoute : merci les filles pour vos comment et surtout à ce jeune homme qui m’a surprise. Je vais aller fouiner chez les mecs, je t’en toucherai deux mots!

PS de la finale: si vous travaillez dans un magazine, dites le moi, on va discuter…

…c’est tellement loose que je dors avec. J’ai un T-shirt American vintage col V hypra cool, mais au bout d’une semaine il a fini par faire une triple taille. Je ne m’en sépare pas, à la longue, même pour dormir. Le petit problème avec la fringue neuve-effet- je-l’ai-lavée toute une vie avant que tu ne l’achètes à prix d’or, c’est que ça s’use plus vite que le reste. Là, on se rend compte que l’on veut entretenir un truc que l’on ne peux pas, le col V est déjà ample et au bout de deux jours on voit toute ta poitrine. On sait aussi, que le T-shirt genre maillot de corps clean, ne se porte plus. Ce que l’on veut, c’est la fibre coton un peu légère transparente, volage et de surcroît, cool. Oui, avoir un T shirt neuf qui fait un peu la gueule ça nous rend heureuse, surtout avec un jean d’enfer. Tien, le JEANS! par contre, le jeans troué ça craint. Faut pas déconner non plus, on est pas des mitteuses, le jeans doit avoir une tenue et doit surtout être bien taillé (l’indispensable pantalon!). Ce qui me pose problème c’est de voir les prix exorbitants des jeans. Quand même, quelque part, je trouve que c’est honteux. Et si en plus, il affiche une durée de vie de trois mois, même si je peux me l’offrir, ça me dérange.

D’autant plus que la loose-attitude n’est pas que dans les fringues, c’est dans les gestes. Oui, tu peux être paumé et être classe mais ce n’est pas de ça dont je te parles, c’est comme le T-shirt, n’oublie pas qu’il fait quand même neuf, pas je n’ai rien renouvellé depuis huit ans et demi parce que je suis dans la merde, pour le coup on t’offrira un stylo et on te lancera un regard de petite bête sans rien. Non, regarde Lou, bon si tu vois mal la vidéo, c’est pas grave, c’est l’effet jeans. Dis-toi que tu es dans la maille du loose. Sinon, va . Je t’avoue que cela peut te sembler un peu naze mais je n’ai rien d’autre sous la main, alors ne te plainds pas.

Bon, maintenant t’as tout compris, tu en sais plus grâce à moi même si tout le monde s’en fout. Je te l’accorde. Tu sais que pour être loose, faut être propre et marché bourré et savoir se fringuer chic en ayant l’air d’en avoir rien à foutre.

 

N’oublie pas aussi que le pull troué c’est EXIT et bouloché c’est pire, ça se brosse un pull, comme t’es cheveux. D’ailleurs tes cheveux se lavent aussi, non non, ne pense pas que les filles que tu vois avec les cheveux poisseux le sont effectivement, elles se mettent du Frederic Fekkai ou j’en passe.

 

PS: je n’étais pas parti mais j’ai une tonne de boulot, j’ai des cernes à tomber ça me fait des doubles-yeux, en plus je suis OUT totale de la loose-girl, on me jetterai un Dime pour me dire bonjour.

 

PS2: je vais bientôt faire du shopping, je vais donc vous en parlez. Ceci était pour vous prévenir.

 

PS3: hey les filles! ça serait sympa de me mettre dans vos blogroll’s, juste comme ça, pour être des côpines de blog.

 

 

 

 

 

 

Alors, on est samedi, le soleil est doux, j’ai fais une quiche fameuse que je pourrais vendre $55 et un clafoutis aux fruits qui me fera ouvrir un resto, mon petit expresso dans une main, voici mes histoires de boutiques géantes qu’il faut connaître.

Century 21, alors c’est grand. Je ne dis pas que vous y trouverez des perles rares mais on en repart toujours avec des trucs. C’est pas cher, il y a toutes les marques (enfin beaucoup d’entres elles) mais faut fouiller…et la qualité des fois me laisse perplexe. J’y ai trouvé des shoes Theory trés classiques qui me font mal aux pieds, un blazer Lagerfeld trés classique où je me pose des questions sur la coupe, je trouve qu’il y a trop de place pour la poitrine vu le gabarit de la veste. Moi qui adore les blazers, je suis sceptique. Mais bon, allez-y comme ça, DANS LA SEMAINE SI POSSIBLE, le week-end c’est la folie. si vous cherchez du Isabel Marant ou VBruno, n’y pensez pas, je n’en ai jamais vu. Par contre, vous y verrez des fringues ecrasées par terre, en boule, déchirées ect…c’est pas la zone mais ça fait dégriffe.

Loehmans, c’est plus petit. D’accord, il y a plein de truc mais faut fouiller aussi. Je trouve qu’il y a plus de choix chez Loehmans, en tout cas, c’est l’impression que j’ai eu. J’y ai trouvé une ceinture leopard en poil, un soutif à ma taille (à force vous allez pensez que je suis microscopique), un cashemire cardigan qui pluche au bout de deux jours ect…pour pas cher.

A savoir qu’on est aux USA et même à NY les goûts sont bien différents qu’en France…je me comprends, les émigrés doivent le savoir aussi, on est pas dans le pays de la culture et du goût. Oui je sais c’est un peu rude mais j’ai raison. Et puis, c’est l’histoire d’aller frémire sa CB en faisant des affaires parce que toi, avec tes Euro tu es gagnante. Parce que si tu veux des bottes c’est easy, ici en moyenne ça coûte $700 la paire et c’est le minimum. Oui, autant s’offrir des Chloé, je te suis dans tes idées authentiques. Je te vois déjà sortir du magazin avec un gros sac moche de chez eux, le sourrire aux lèvres et le compte en banque inerte.

Et quand tu auras testé, viens me le raconter!

https://i0.wp.com/www.therealestatebloggers.com/images/chinatown_new_york.jpg

…prépares-toi.

Prévois ta crème hydratante que tu auras planquée au fond de ta valise, la tenue de GI parcequ’ici tu vas y faire des affaires, oui toi, fille européenne avec tes euros d’or. Attends-toi aux $$, ça va flamber.

Tu peux aller assouvir ton décalage horaire dans l’hôtel de ton choix, ou sinon tu auras pensé à matter Craigslist pour une colocation d’une semaine. Une fois que tu seras ajournée dans la pendule New Yorkaise, tu iras de suite te faire un Diner cheap du coin, juste pour tester le breakfast de ton pays de vacances. Alors, ne te soucies pas de la qualité, n’oublie pas que tu es en vacances et que maison tu retrouveras dans une semaine. Pense aussi à aller dans une Pharmacie, déjà tu auras un choc. Comment est ce possible? réfléchie. Achètes-toi des Hearing Plugs (boulles Quiès, ça n’existe pas des aussi bien, par contre tu en auras 50) sinon tu ne dormiras pas les nuits suivantes, oui on s’habitue au décalage horaires mais pas au bruits. Tu me remercieras, ensuite. Si tu veux voir les buildings t’es servi, ne cherche pas loin, prends ton guide du routard que tu auras prévu et te voilà bonne touriste de base. Non, pas encore. Va faire un tour de Manhattan en bus rouge (pas l’hiver sinon tu vas crever aux USA et JE NE TE LE CONSEILLE PAS) ou un tour en Hélico’ à $100/personne : c’est pas mal, ou un tour de mémé à cheval dans Central Park en pensant à Woody Allen. Sinon, va dans un Barnes and Nobels, c’est une librairie, oui, tu auras un choc c’est naze mais c’est comme ça ici, on aime la sécurité tranquille. Trouves -toi le ZAGAT, tu y trouveras plein d’infos sur les resto’, le shopping ect…c’est du local, du test de particuliers mais méfies-toi quand même des goûts d’un pays que tu ne connaîs pas, tu peux souffrir. De toute façon, ne t’étonnes pas d’entendre des français comme toi à chaque coin de rue, la France est plus grande que tu ne le pensais, tu apprendras des choses.

Tu as faim de fringues et peu de tunes, va faire un tour chez LOEHMANS et CENTURY 21. C’est de la fringue en tous genres pour pas cher. Oui, c’est possible. J’y ai trouvé plein de trucs (veste K Lagerfeld, shoes Theory ect…culottes…) finalement et tout le monde dit que c’est le bon plan de NYC. Alor, tu vois?. J’ai raison. Si tu cherches un resto frenchy, déjà, c’est branché. Toi, tu es le Luxe, ne l’oublie pas. Sois facile, n’exige pas que l’on te serve comme si ou comme ça, c’est comme les autres on l’habitude, ce n’est pas la France. Si tu veux des fleurs, le choix est naze et surgelé, opte plutôt pour une ballade dans les rues, tu en auras pour 7H.

Penses aussi que Brooklyn est bien, NY n’est pas limitée à l’île, ça te fera une culture (tranchée entre le centre-ville et la proche banlieue) que tu n’aurais jamais soupçonnée. Il y a aussi de grands Museums (MET, MOMA, Whitney ect…) et une masse de galleries dans Chelsea où il ne te faut qu’un pas dans un building pour en voir cinq d’un coup. Ne t’étonnes pas d’ailleurs que l’on te matte de traviolle à l’entrée des buildings, ce n’est pas contre ton étrangeté mais c’est juste l’ affirmation existentielle du Sécurity Man. Et puis dans le Subway, ne regarde pas trop les gens fixement parce que tu es crevé, que tu ne sais plus où tu es, saches qu’ici les gens n’y sont pas habitués. Ils vont soit se sentir comme obligés de te parler (et fais gaffe, à NYC on tchache grave) ou se sentir …ouais imagine. Et puis, malgré ce que l’on pense, on ne se touche pas, même si on vient du sud, ça ne change rien au fait que le contact est …dans la grande gueule sans toucher. D’ailleurs, un homme n’est pas galant, en tous cas c’est rare (j’ai vue des filles trépigner debout au comptoir de bar alors que le garçon est tranquille sur un siège) il fout un choc, à l’air célébre.

NY c’est tous les styles, même ceux que tu pensais qui n’existaient plus, sauf en Inde. L’Inde c’est trés branché en fait, attention!. Tu verras des looks qui n’existaient que dans les films des années 80 (pas la branchitude de Stockolm où là, ça tue) et toutes les époques en même temps. Pense aussi que tu n’es pas toute seule, des milliards d’étrangers sont là, avec toi, dans la même ville. NY c’est cher. Peut être pas pour toi qui est en vacances, mais y vivre c’est chaud. un loyer est ce qui avale ton salaire, saches le. Sans compter que le téléphone et internet c’est craignos à mort, le mythe des années 70 (qu’on a pas connu d’ailleurs, trop jeune) n’existe plus. Réjouis-toi de ton conseiller formé de ton mobile, parce qu’ici Verizon c’est la grande merde! et je ne suis pas la seule à le confirmer, sans compter le tarif des forfaits. Oui, on paye aussi les appels entrants, entre autre.

Bon, tu peux aussi trouvez comme moi une boussolle nunuche from Manhattan, qui t’indique le nord et le sud de la ville, ça marche, j’en ai la preuve. Vu que les quartier sont quadrillés, tu auras vite l’impression d’être un rat, d’ailleurs passé une heure, tu en verras quelques uns. Amuses-toi, ce sont tes vacances, tu es loin de chez toi.

Par contre si tu es paumé et que tu as besoin de quelque chose, les gens sont en général trés sympa, ils se manifestent vite. ça peut devenir un film, mais les films de références que tu as en tête, peut être qu’ils se passe aux USA et certainement à New York.

PS: au fait, les soldes, c’est toute l’année.

Et si tu es sage, je te raconterai un jour mon expérience dans un resto chinois paumé de Chinatown à 2H du matin, un soir que je ne peux te confirmer tel fût ma fatigue.

 

L'image “https://i2.wp.com/www.fallonandrosof.com/images/currinthanksgiving.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

L’année dernière j’ai gagné une dinde à mon supermarché pour Thanksgiving. A cette occasion ainsi qu’à noel, on peut gagner de la viande grâce a toute la tune qu’on leur a laissé en faisant nos courses aux points accumulés chez eux. Et bien, je trouve que c’est super, au moins on peut avoir quelque chose sur la table et le partager avec nos proches, sacré bonus. Quand la caissière m’a dit que je pouvais aller choisir ma dinde si je voulais, sur le coup j’ai rien compris. Je venais pour deux pommes et vas-y reparts avec un oiseau aussi lourd qu’un sanglier. Je ne vous raconte pas le périple jusqu’à chez moi, j’ai dû la faire tomber poser par terre plusieurs fois et me percer un poumon au passage. En plus, ça caillait et la nuit est arrivée au bout d’un bloc. J’ai des photos mais vous ne les verrez pas, profitez plutôt des jeunes filles de John Currin. Une dinde pour 14 personnes ça prend tout l’évier et ça éclate mon plat. Heureusement, je sais découper une charrue volaille et j’en ai fait des sacs congèl’ pour six mois. Je vous rassure, elle était exquise et je vous dirais aussi que mes pommes ont la taille de pamplemousses, mais ici c’est comme ça, la terre se nourrie de choses étranges.

Sinon, Thanksgiving c’est quoi? déjà, c’est férié. Cela se passe le quatrième jeudi de Novembre et on remercie Dieu par des prières et des réjouissances pour les bonheurs que l’on a pu recevoir pendant l’année (sources : Wiki) et on bouffe. Alors l’histoire depuis Wiki :

En 1620, une centaine de pèlerins Puritains britanniques, pourchassés, fuirent vers la Hollande où ils embarquèrent à bord du Mayflower, à destination de la Virginie. En décembre 1620, c’est finalement à Plymouth (Massachusetts) que les 131 colons posèrent le pied sur le Nouveau Monde. En raison de leur peu de connaissances agricoles et d’un hiver particulièrement rigoureux, la moitié d’entre eux ne survécut pas au printemps suivant. Un indien Wampanoag du nom de Squanto entra en contact avec les immigrants et, avec sa tribu, leur offrit de la nourriture et leur apprit à pêcher, chasser et cultiver du maïs. Pour célèbrer la première récolte, à l’automne suivant, le gouverneur William Bradfordprière est de fête. Les colons invitèrent le chef Massasoit et 90 indiens à partager leur repas, en guise de remerciement pour sceller une amitié durable (avec le résultat malheureux que l’on connaît…) et un pacte commercial. Des dindes sauvages et des pigeons furent servis à cette occasion .

 

Deux ans plus tard, la colonie célébrait à nouveau la fin des récoltes, mais rendant surtout grâce à Dieu. Cette fête devint très vite simplement religieuse, et toute référence aux Amérindiens fut rapidement oubliée, d’autant qu’après la mort du chef Massasoit qui garantissait la paix, les Wampanoag furent finalement exterminés en 1676.

C’est l’occasion d’aller voir sa famille (si vous avez envie de les voir AUSSI avant Noel) ou de faire ce que vous voulez. En plus le lendemain, il y a des soldes!

 

 

 

 

Bon, vous avez dû voir le shooting photo « Sacrément Inspirée » réalisé par Carine Roitfeld et photographié par Terry Richardson pour le Vogue France de septembre. Moi pas, je le découvre maintenant. La première chose à laquelle j’ai pensé, c’est aux films de Kenneth Anger dont un en particulier, Lucifer Rising (1973). Pour vous mettre dans le bain, Kenneth Anger travaillait souvent avec Bobby Beausoleil qui lui faisait ses bandes sons et faisait notamment partit de la Manson Family. Pas Kenneth mais Bobby. Par contre, Kenneth était fasciné par Aleister Crowley au point de devenir un adhérent de Thelema, notamment il fût un grand ami de Anton Szandor LaVey (qui créa The Church of Satan dans les années 1960) au point de vivre au sein de sa famille dans les années 80. Il a aussi été initié à l’Ordo Templi Orientis. Les films de Kenneth sont des bijoux du cinéma expérimentale tout en sachant que la plupart d’entre-eux sont démodés, trop impliqués dans la culture de l’époque. Lucifer Rising reste mon favori bien que je n’ai pas encore vu la totalité de ses films.

parisvoguedeux.jpg

parisvoguetrois.jpg

parisvoguecinq.jpg

Concernant le shooting photo, j’aime moyen et beaucoup. Surtout le contraste entre le propos avec ce jeune mannequin tout droit sortie d’un Jeune et Jolie, me laisse penser à une sorte de « brebis » romantique, fraîchement initiée, avec qui on peut régner en Maître. Bien que ces clichés ressemblent un peu à un jeu de cartes à monter, elles ne sortent quand même pas d’outre-tombe. Ma préférence est pour celle qui suit, je trouve qu’elle reflète bien l’esprit de ces communautés rock n roll hippies des 60’s / 70’s, avec cette nature sèche et cet immense pentagram fait d’un bloc, rock, et puis cette nana mi-laine mi-armure (alors là, je pense à l’armure d’or du méchant blond dans Excalibur; et au film Caligula). Enfin des références ultra visuelles et modernes, malgré l’implication de la mythologie grec et égyptienne.

parisvoguesix.jpg

Bien que le choix des vêtements soit sublime (en même temps c’est Vogue), je trouve qu’il en faut peu pour que toute cette série devienne trés commune, voir plate. Je suis déçu par la gentillesse et par une limite trop voyante.

parisvoguepinkskirt.jpg

parisvogueune.jpg

Et puis, la somptueuse collection d’Alexander Mcqueen :

Bon, je ne le relis pas, je le poste quand même. Et vous, qu’est ce que ce vous en pensez?

Je suis allé fouiner dans une boutique de Soho où j’ai essayé un bonnet extra large de Sonia Rykiel et je dois dire que je suis resté perplexe. Avoir un bonnet à NY est obligatoire, surtout si vous ne voulez pas vous retrouvez les oreilles congelées. De ce fait, je dois impérativement renouveller ma petite laine de tête, elle commence à craindre. Alors le bonnet, d’une laine épaisse et d’un gabarit Bob Marley (peut être que c’est cette référence de style qui me dérange) ou disont plutôt que ça me rappelle les filets de chignon victoriens, et oui j’ai plus d’un siècle. Devant la glace c’est sympa, moui… pourquoi pas… je ne sais pas, bon, ça me prend bien les oreilles, ça fait un poil béret et tiens je me penche et là, le bonnet devient cagoule et m’avale la tête. Oui je vous avais dit qu’il était grand. C’est le hic. Je le repose mais j’hésite encore… Je fouille donc dans les rayons et je tombe sur une robe noire de Peter Jensen, toute en soie, noire. Allez me dis-je, essaye-la. Par l’hiver qui s’installe, j’aurais plus besoin d’investir dans autre chose mais bon, je vous rappelle qu’à ce moment là je m’en fout. Elle est sans manches (aï), longue jusqu’au genoux et avec trois longs volants sur le devant prenant toute la longueur, tout à fait portable pour l’été prochain. Ce qui m’a beaucoup plus (aussi), c’est que les volants sont un peu décalés sur le côté du corps, juste ce qu’il faut pour laisser passer la griffe un peu branque de Peter Jensen, que j’adore. Une fois chez moi, j’ai regardé sa collection sur son site et j’ai trouvé cette fameuse robe (que je veux absolument parmis d’autres choses biensûre) dont vous ne verrez que le bas. Elle est sur la première photo qui suit et j’y ai ajouté quelques pièces récentes qui m’ont intérréssées.

Collection Automn/Winter 2007 :

Collection Spring/Summer 2008 :

Ce que j’aime dans ses collections c’est le côté citadin du vêtement, on peut être sophistiqué et extravertie tout en déambulant dans les rues. Je trouve qu’il manie à merveille le sportswear chic avec l’underground de couture, sans y omettre le plaisir.

Ps: je crois que je vais peut être me mettre à courrir pour m’offrir cette robe!

https://i0.wp.com/img.epinions.com/images/opti/ec/36/Germ-X_Hand_Sanitizer_Original-resized200.jpg

Si on pense à un cliché sur les Américaines ce sont déjà plusieurs trucs mais là, on va rester sur les mains. Il y a la manucure de la mort et le reflexe du Hand Sanitizer. Alors qu’est ce que c’est que ce truc? c’est un désinfectant/lingette ou gel nettoyant qui permet de se laver les mains quand on veut, sans eau, dans un désert par exemple. Trés utile si vous avez envie d’avaler un sandwich et que vous ne pouvez pas passer par la case bathroom, ou bien parce que vous avez envie de piocher dans une coupelle d’olive en pensant à vous aux autres et à savoir le H. sanitizer ne se mange pas, faut pas déconner non plus.

L'image “https://i2.wp.com/www.snowdriftfarm.com/gel%20in%20hand.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Ci-dessus une photo propre, ça aide et en plus elle est généreuse. Profitez-en.

 

Par contre, le truc qui devrait faire qu’on est fresh and clean de la main me donne plutôt la sensation de  » ça poisse ». Alors, pour nettoyer les objets ça ne me dérange pas mais sur les mains ça reste de la dépanne, j’ai quand même besoin d’un lavabo, donc besoin de flotte pour me sentir à l’aise. Il y en a beaucoup qui pense comme moi parisienne que j’étais, que Paris est une ville crade, que l’on y vit un enfer de pollution, ici, dans la GRANDE CAPITALE DE LA FRANCE ect…et bien, attention, c’e n’est pas vrai, Paris est propre. NYC ne risque de ne pas vous plaire. Déjà c’est grand. J’ai remarqué que depuis que je suis ici, je me lave encore plus les mains et utilise plus courament ces lingettes et autres concepts dérivés. Je ne suis pas la seule. Parcequ’aux USA c’est trés trés courant de se désinfecter les mains. Il y a un truc sur les microbes que je n’ai pas trés bien saisie encore. En tous cas, entre le subway et le reste, c’est plus crados, alors le réflexe : du désinfectant marche bien. En plus, l’avantage c’est qu’on trouve des échantillons (de tous genres d’ailleurs) à l’achat, allez dans n’importe quelle Pharmacie (ce n’est pas qu’une pharmacie mais une superette) et vous y trouverez des bacs côté Cosmetic. C’est pratique, un petit truc dans le sac est ça rassure.

Et puis la French manucure. Il y en a partout! à tous les prix. Vous n’êtes pas obligé de vous faire poser des faux ongles mais c’est un truc à faire si vous avez l’occasion de venir aux USA. Je vois trés peu de nana ne pas avoir des mains nickels, sauf le vernis dégueu’ qui se fait la malle. Vous risquez de croiser des ovnis avec tout l’art moderne sur un seul ongle mais ça, c’est comme ça, ici c’est permis. J’ai décerné la palme à une fille qui travaille à la poste avec des griffes immenses que l’on ne peut pas louper. Je n’ai pas de photo, je ne voulais qu’on me fasse un procés à la poste. Alors, j’ai testé : je cherche un nail shop pas cher, je m’installe. Il y a une tonne de gonzesses dans la pièce, la déco me fait penser à un ongle écaillé. $5 pour le basique, juste de la couleur. Je choisi ma couleur mais j’ai l’impression de ne pas avoir le temps de choisir. Les filles parlent anglais comme je parlais en arrivant : mal. On se débrouille, vas y ma caille. D’abord, coup de dissolvant, coupage de cuticules, retroussage de petites peaux, coupage et limage d’ongles, polissage et mes ongles n’existent presque plus. Je vois les mains de toutes ces filles qui bossent, bouffées par les produits, les ongles courts et pointus, je me dis que j’ai vraiment de belles mains. Et puis elle me les masse, me dis d’aller me les laver et de revenir. Je moufte pas. Là, couleur. Je repense à Fonelle qui parlais de son vernis marron clair, moi une fois, j’ai choisi un marron clair qui faisait plutôt et même beaucoup couleur nicotine à la lumière, les boulles. Et puis, les vernis sentaient fort le dissolvant ( périmés?) mais efficace. J’ai eu du mal à l’enlever en plus. Aprés, séchage, alors on attend face à un mirroir, les doigts écartelés. Il faut savoir que vous devez payer au début, on ne va pas se bousiller le vernis en allant fouiner dans son sac! et puis n’oubliez pas le pourboir. Ensuite vous aurez peut être l’impression d’être une femme des années 50′, allez un Diner!

Et vous? addict ou pas?

 

 

 

https://i1.wp.com/www.curbed.com/archives/2006_05_produce.jpg

Si vous passez par New York et que vous avez le temps, allez faire un tour à Fairway, je vous conseille d’opter sur celui de Brooklyn, dans le quartier de Red Hook. Parceque là bas, vous pourrez d’une part y faire vos courses, laisser votre caddy dans le batiment et grignoter un bout dehors (ou ne faire que ça) au soleil face à la statue de la Liberté. En plus c’est une excuse pour aller voir un peu Brooklyn. Le truc un peu lourd, c’est que pour aller sur Red Hook il n’y a pas de métro, le plus proche c’est Carroll Street (F train) et de marcher ou de prendre un bus. Le coin est tranquille, ce sont les anciens docks, c’est pas cher mais côté bars et resto, ne vous attendez pas à trouver foule, là-bas ça se passe chez les gens.

https://i1.wp.com/nyc.metblogs.com/archives/images/2006/08/84193926_5eb58af89c.jpg

Bon, sur Manhattan, vous avez quand même le choix en supermarkets et restos, vous n’êtes obligé d’aller sur Red Hook pour voir Fairway. Sinon il y a Dean and Deluca qui reste un passage touristique important (et cher mais on trouve plein de chocolats et du thé Mariage Frères) sans compter les Whole Foods pour le bio et j’en passe d’autres. Le bio est quand même installé aux USA sauf que la qualité des laitiers n’est pas top, surtout pour les yahourts (évite). Le prix biensûr est toujours plus élevé mais quand on vit ici et qu’ on voit la qualité de ce qu’on avale, on ne se pose pas de question, on agit. Tiens un truc. Là, je suis d’accord ça te sembles extrème et tu te dis que ta culture culinaire ne se limite qu’au bon goût. Je te dis que t’as raison et saches aussi qu’ils existent des bouches qui n’ont pas peur, c’est normal c’est un comme un grand cupcake-pizza, c’est le top. Je ne veux pas t’influencer dans ta conviction que tu n’as pas vérifié de toi même sur les states = fast food. C’est vrai que c’est comme ça, heureusement, on trouve quand même des bonnes choses dans certain restos et surtout chez soi. Si tu ne sais pas cuisiner, je te plains, va donc jeter un oeil chez Cléa Cuisine en plus elle est trés jolie. Sinon, ici de temps en temps lorsque je poserais mes recettes d’enfer sur ce blog. J’aime tant la table que lorsque je sors d’un resto déçu c’est un peu comme une insulte… Je dois tout de même dire que je m’habitue à la culture, surtout aprés un an.

A savoir aussi, en général les plats sont plus sucrés, plus large en quantité et plus dans le genre ton jean a rétrécie d’un coup.

Ps: une fois, j’ai trouvé un cafard dans mes moules, je ne suis plus jamais retourné dans ce resto dont je ne ferais aucune pub.

Contactez-moi

p1010005.jpg lamomedenyc@gmail.com
novembre 2017
L M M J V S D
« Fév    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930